Pour comprendre le changement climatique, parlez aux enfants

  • Par Aimee Neaverson, ODI
  • 24/11/2017

Des enfants de l’école primaire Ywar Thit dans le Township Meiktila, Myanmar, le 17 octobre 2017. Photo par Aimee Neaverson

Share

"Comment sont faites les vagues?", demande un enfant d’un groupe d’écoliers de 8 ans de l’école primaire Ywar Thit, située dans le Township Meiktila, au Myanmar.

Ywar Thit est à environ 160 kilomètres de la mer mais les enfants ont assisté à des cours sur les inondations et ayant vu des photos des vagues, sont très curieux d’en apprendre plus.  

Myanmar est l’un des pays au monde les plus vulnérables en matière de catastrophes et d’extrêmes climatiques. Il fait face actuellement à des changements institutionnels, économiques et sociaux majeurs. 

Dans ce contexte, le programme pour la Construction de la Résilience et l’Adaptation aux Extrêmes climatiques et aux Catastrophes (BRACED) au Myanmar – connu en tant que Myanmar Alliance et conduit par Plan International – vise à renforcer les capacités des communautés à lutter contre des extrêmes climatiques, notamment les inondations, dans 155 villages à travers les zones montagneuses, sèches et côtières du pays.

Plan International propose de ne plus considérer les enfants comme des victimes passives mais comme des agents de changement pour leur propre bien-être et le développement de leurs communautés. Les enfants sont un sujet particulier de l'approche du programme. 

L’accent sur les enfants et les jeunes dans les catastrophes climatiques tend à être mis sur leur vulnérabilité, or cette perspective ignore leur potentiel à être des acteurs en limitant l’impact des catastrophes sur leurs communautés.

Les jeunes ont leur propre avis sur le changement climatique et peuvent mettre leurs idées en pratique pour apporter des solutions, par exemple en aidant à mettre en place un plan d’évacuation si leur village est frappé par les inondations. 

Des études montrent également que les enfants peuvent jouer un rôle important en parlant du changement climatique au sein et à l’extérieur de leur communauté. Ils appréhendent le risque à leur façon, en le reliant à leurs expériences. Par exemple, quand leur quartier est inondé, l’accès à l’école peut être bloqué et l’enseignement, perturbé.  

Reconnaissant que les enfants ont un rôle vital à jouer comme futurs dirigeants dans leurs communautés, Myanmar Alliance facilite les activités scolaires de sensibilisation au changement climatique, en encourageant par exemple les enfants à dessiner ou à écrire des poèmes et des essais sur des thèmes liés au changement climatique et aux catastrophes.

"Nous avons remarqué que les enfants apprennent vite et sont des messagers efficaces: ils parlent à leur famille, à leurs amis. C’est une bonne méthode pour partager les connaissances," dit Khin Win Kyi, responsable de la résilience et des moyens d’existence chez ActionAid Myanmar – un partenaire de projet local.

Dans le Township Meiktila, les enfants sont en train d’étoffer leurs connaissances sur les effets du changement climatique à travers des "groupes d’élèves sur la résilience au changement climatique," pilotés en 2016 par ActionAid Myanmar dans trois villages et développés depuis peu par BRACED.

Lors d'une visite de projet à l'école de Ywar Thit, les enfants ont présenté leurs dessins sur les impacts du changement climatique dans leur village, illustrant comment les inondations avaient emporté le bétail, les récoltes et les biens de leurs familles. Après avoir piloté les groupes et reçu des commentaires positifs de la part des parents et des enseignants à la fin de l'année scolaire, le gouvernement local a augmenté le financement pour soutenir 30 groupes d'élèves à travers Meiktila.

ActionAid Myanmar a depuis organisé des séances de “formations de formateurs” pour que les professeurs encadrent de nouveaux groupes et créent leurs propres outils d’apprentissage. Le gouvernement local prévoit à l’avenir d’étendre les groupes d’élèves à toutes les écoles de Meiktila – soit un total de 245.

En mettant l'accent sur les activités scolaires, le projet espère améliorer les connaissances des enfants sur le changement climatique et les encourager à être des champions du climat, contribuant ainsi à renforcer la résilience dans la communauté au sens large.

Les chefs d'établissement apportent également leur soutien en intégrant la résilience climatique dans leur programme scolaire pour cibler les enfants de tous âges: certains d’entre eux identifient des zones à haut risque d'inondation pendant la saison de la mousson dans leur enceinte scolaire et plantent des arbres, par exemple.

Les enfants vont devoir vivre avec des risques climatiques de plus en plus graves, il est donc crucial qu'ils soient inclus dans les décisions qui affectent leur avenir. Les programmes de développement résilients au changement climatique doivent donc intégrer les perspectives des enfants dans leurs activités et utiliser leurs idées, leurs connaissances et leur soif d'action. Comme le souligne Khin Win Kyi, "investir dans les enfants est un investissement pour l'avenir".

We welcome comments that advance the story through relevant opinion, anecdotes, links and data. If you see a comment that you believe is irrelevant or inappropriate, you can flag it to our editors by using the report abuse links. Views expressed in the comments do not represent those of Braced or its partners.

Video

Qu'est ce que la résilience?

A l'Evenement d'Apprentissage Annuel en Ouganda, nous avons posé une question aux participants: qu'est ce que la résilience?

Blogs

The new finance solutions building Africa's farmers' and herders' ...

New projects in Kenya show that we can test bold solutions to financing for farmers whose livelihood climate change puts at risk


Des mangues au maïs, le changement climatique menace de nouvelles ...

Un monde qui se réchauffe ouvre des perspectives « alarmantes » pour les producteurs de denrées alimentaires pauvres confrontés à une baisse des récoltes et à la concurrence pour la terre


Est-il possible de construire la résilience au Mali alors que les ...

Rechercher le soutien des autorités centrales « perçues comme absentes parce qu'elles ne peuvent pas subvenir aux besoins essentiels de la population » est souvent insuffisant


Dire la résilience

Au Vietnam dont l’histoire contemporaine est une illustration de l’idée de résilience, ce mot n’existe pas


Dernières photos

Tweets