Raviver les marchés locaux après une catastrophe aide le redressement

  • Par Sophie Hares
  • 26/10/2017

Les résidents du quartier remplissent des canettes d’eau à Bayamon à la suite des dégâts causés par l’ouragan Maria, Carolina, Porto Rico, le 30 septembre 2017. REUTERS/Alvin Baez

Share

Alors qu'ils se précipitent pour distribuer de la nourriture et des provisions indispensables dans les zones dévastées par des ouragans, des inondations ou des tremblements de terre, les agences d'aide manquent peut-être l’essentiel.

Selon un nouveau rapport de Mercy Corps, au lieu de parachuter de l’aide d’urgence quand une catastrophe survient, ils devraient plutôt puiser dans l'économie locale et les réseaux sociaux qui forment l'épine dorsale des communautés pour mieux aider les gens à reconstruire leurs vies brisées et endiguer l'impact des catastrophes.

Verser des fonds aux entreprises et aux banques locales pourrait être un moyen essentiel d'étirer davantage les dollars durement gagnés par les donateurs tout en jetant les bases d'une résilience à plus long terme pour les communautés susceptibles d'être frappées encore et encore par les catastrophes, estime le rapport.

"Après une catastrophe, nous voyons que les marchés sont vraiment au cœur de tout cela. Les marchés sont à la fois fragiles et adaptatifs," a déclaré Alison Hemberger, conseillère principale pour les marchés et l'apprentissage auprès de l'agence humanitaire Mercy Corps basée aux États-Unis. "Nous devons nous assurer que nous les soutenons afin qu'ils puissent vraiment lancer le redressement."

Une fois le choc de la catastrophe passé, les gens ont rapidement besoin d'argent pour nourrir leur famille, payer leurs factures et relever le défi de remplacer ce qu'ils ont perdu, qu'il s'agisse de bétail, de récoltes ou d'une entreprise de coiffure.

Fournir des transferts monétaires ou des coupons, c’est reconnaître que les populations locales savent mieux que personne ce dont elles ont besoin pour traverser une crise. Cela assure la circulation de l'argent dans l'économie en achetant aux entreprises locales, aidant les fournisseurs et les compagnies de transport au long de la chaîne, explique Mercy Corps.

Selon un programme du Zimbabwe, chaque transfert en espèces d'un dollar a généré 2,59 dollars de revenus supplémentaires pour l'économie locale, selon Mercy Corps, qui affirme que des financements tels que des prêts et des assurances sont nécessaires pour stimuler la reprise.

LIQUIDITÉ FINANCIÈRE

Les entreprises locales sont souvent tout aussi dévastées par les catastrophes que leurs clients. Elles peuvent perdre du personnel et des locaux ou trouver que les fournisseurs et les services ne peuvent pas venir jusqu’à elles. Les banques dont elles dépendent pour le crédit peuvent avoir des difficultés à se procurer des liquidités, car les clients ne parviennent pas à rembourser leurs prêts, indique le rapport.

"Nous devons soutenir ces systèmes en amont," déclare Hemberger. "Plus vous êtes en mesure de renforcer la capacité des systèmes financiers à disposer de liquidités, par exemple en cas de crise, mieux c'est, plus l'économie locale est forte et plus ils sont prêts à faire face à l'éventualité d'une catastrophe."

Les ménages et les entreprises peuvent bénéficier des efforts visant à garantir l'accès au financement et aux marchés après une catastrophe, stipule le rapport. Au delà du transport et de l'infrastructure, les informations et les services gouvernementaux --depuis les semences et l'approvisionnement en carburant jusqu'aux techniciens -- sont également importants pour accélérer le redressement.

En gardant à l'esprit que les catastrophes ne sont pas aussi aléatoires qu'elles peuvent le paraître, il est plus facile de préparer les gens à faire face aux événements réguliers, a déclaré Hemberger. Ceux-ci pourraient être les ouragans qui affligent les Caraïbes, les pluies de mousson torrentielles de l'Asie ou les sécheresses qui frappent les récoltes et les troupeaux en Éthiopie.

"Nous devons également reconnaître que le financement à plus long terme, même dans le redressement après une catastrophe, a beaucoup de sens," dit-elle.

Dans le scénario quasi impossible selon lequel le monde traverserait l'année prochaine sans aucune catastrophe, 26 millions de personnes pourraient commencer à sortir de l'extrême pauvreté, indique le rapport de Mercy Corps, citant les chiffres de la Banque mondiale.

Mais cela ressemble plutôt à un vœu pieux. Si les ouragans Irma, Harvey et Maria sont des indices de la trajectoire du changement climatique, la préparation est plus essentielle que jamais.

We welcome comments that advance the story through relevant opinion, anecdotes, links and data. If you see a comment that you believe is irrelevant or inappropriate, you can flag it to our editors by using the report abuse links. Views expressed in the comments do not represent those of Braced or its partners.

Video

Qu'est ce que la résilience?

A l'Evenement d'Apprentissage Annuel en Ouganda, nous avons posé une question aux participants: qu'est ce que la résilience?

Blogs

N’attendez pas la paix pour combattre le changement climatique

Comment s’attaquer au réchauffement climatique dans des pays en conflit?


Raviver les marchés locaux après une catastrophe aide le redressement

La relance des entreprises pourrait permettre aux donateurs d’aller plus loin tout en jetant les bases pour une résilience à plus long terme.


Des flashmobs pour la résilience

"Les flashmobs peuvent faire passer des messages complexes de façon simple."


Arrêtons d’ignorer les conflits dans les efforts pour la résilience

Il y a beaucoup d’efforts d’adaptation climatique et de développement dans des pays instables - et cette réalité doit être prise en compte


Dernières photos

Tweets