Lutter contre la malnutrition dans les campagnes du Burkina Faso

  • Par Zoe Tabary
  • 21/04/2016

Des femmes qui assistent à un cours sur la nutrition nourrissent leurs enfants avec une bouillie à Toéssin, au Burkina Faso, le 29 mars 2016. TRF/Zoé Tabary

Share

 

TOESSIN, Burkina Faso – Les femmes de la province du Passoré au nord du Burkina Faso mènent la lutte contre la malnutrition qui touche les jeunes enfants – un problème majeur des régions rurales du pays.

D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la malnutrition dans le nord-sahélien atteint les 9,4% pour les enfants de moins de cinq ans, 10% étant considérés comme une urgence grave. Un manque de nourriture et de denrées diverses -- résultant à la fois de maigres récoltes causées par la sécheresse et des faibles revenus qui en découlent -- apparaît comme la cause du problème.

Pour y remédier, plus d’une centaine de femmes de huit villages différents assistent deux fois par mois à des cours de sensibilisation à la nutrition dispensés par des volontaires des communautés locales.

Les enseignants sont formés par deux ONG -- l'Office de Developpement des Eglises Evangéliques et Christian Aid – dans le cadre du programme de Construction de la Résilience aux Extrêmes climatiques et aux Catastrophes (BRACED), soutenu par le Ministère britannique pour le Développement International.

"Un régime nutritionnel équilibré est primordial pour la santé des enfants", explique Marie Illy, qui donne l’un des cours en plein air dans le village de Toéssin. "Ils dépendent pour la plupart du lait maternel et les mères consomment peu de nourriture -- et souvent la même".

Elle montre à un groupe de 30 femmes, d’enfants et à quelques hommes assis sur des tapis comment préparer une bouillie en utilisant de la farine de mil, de l’arachide et de l’eau. L’assemblée écoute avec attention sans l’interrompre.

"Nous apprenons aux parents à cuisiner avec des ingrédients locaux et bon marché afin qu’ils puissent facilement le faire seuls", dit Illy. "Ils ne sont souvent pas au courant de l’apport nutritionnel de ces ingrédients ou bien ne les utilisent pas pour les repas des enfants". Illy distribue une louche de bouillie à chaque adulte du groupe. Les mères donnent la nourriture à leurs enfants, qui la mange avec appétit.

Toutefois, les femmes ici ne voient pas la responsabilité d’une meilleure alimentation comme de leur ressort uniquement. "J’ai convaincu mon mari de m’accompagner comme ça nous pourrons tous les deux nous occuper de notre bébé", dit Zongo Mariamou, une jeune fille souriante de 19 ans, qui assiste au cours pour la première fois.

Son mari, un grand jeune homme équipé d’une fourche tout aussi grande, regarde Illy préparer une nouvelle ration de bouillie.

Portant leur fille de cinq mois sur son dos dans une écharpe, Mariamou tient un panier de biscuits dorés au sésame qu’elle a confectionné elle-même et espère vendre à la fin du cours.

"Je veux devenir infirmière et je dois trouver un moyen de payer mes études", explique-t-elle.

Un mois après chaque cours, les enseignants reviennent dans les villages pour voir combien de familles ont continué de préparer la bouillie. 

"Je donne ces cours depuis quelques mois seulement mais jusqu’à présent, nous avons constaté qu’environ 80% des femmes continuent à faire la bouillie elles-mêmes", dit Illy. "Certaines montrent même à d’autres femmes de leur village comment faire".

 

 

We welcome comments that advance the story through relevant opinion, anecdotes, links and data. If you see a comment that you believe is irrelevant or inappropriate, you can flag it to our editors by using the report abuse links. Views expressed in the comments do not represent those of Braced or its partners.

Video

Qu'est ce que la résilience?

A l'Evenement d'Apprentissage Annuel en Ouganda, nous avons posé une question aux participants: qu'est ce que la résilience?

Blogs

Pour comprendre le changement climatique, parlez aux enfants

Les enfants peuvent jouer un rôle important en parlant du changement climatique dans leurs communautés.


Comment s’adapter au changement climatique?

"Les pays riches peuvent énormément apprendre de nous."


N’attendez pas la paix pour combattre le changement climatique

Comment s’attaquer au réchauffement climatique dans des pays en conflit?


Raviver les marchés locaux après une catastrophe aide le redressement

La relance des entreprises pourrait permettre aux donateurs d’aller plus loin tout en jetant les bases pour une résilience à plus long terme.


Dernières photos

Tweets