BRACED informe le travail de la Croix Rouge-Croissant Rouge sur le nouveau programme de résilience du gouvernement américain

  • Par Alex Wynter, RCCC
  • 09/06/2015

Une jeune Ethiopienne pompe l’eau d’une installation destinée à recueillir les eaux de pluie construite par la FICR, dans le cadre d’un précédent projet visant à augmenter la résilience au climat dans la région d’Oromiya et s’occupe plus particulièrement des communautés pastorales subissant plusieurs années d’une sécheresse presque ininterrompue. L’Ethiopie sert encore une fois de cadre à un travail innovant sur le «financement basé sur la prévision » d’une action humanitaire précoce -- et est un pays prioritaire pour le nouveau partenariat public-privé pour les pays en développement vulnérables aux impacts climatiques, annoncé aujourd’hui à Washington DC. (Photo d’archive: Alex Wynter/FIRC)

Share

Le gouvernement américain a annoncé Services Climatiques pour un Développement Résilient, un nouveau partenariat international public-privé destiné à améliorer la résilience des pays vulnérables aux effets climatiques

La Croix-Rouge Américaine est l’un des huit membres fondateurs-- et avec elle la Croix-Rouge Croissant-Rouge au niveau mondial va tirer le meilleur parti des personnels et des ressources opérant dans les pays initialement ciblés : Bangladesh, Colombie et Ethiopie.

En mettant en oeuvre des réseaux dans les communautés, la société civile et les agences gouvernementales, la Croix-Rouge Croissant-Rouge renforcera les outils mis à disposition et les rouages éducatifs qui facilitent la prise de décision, y compris dans «des endroits reculés et difficiles à atteindre ».


«Le changement climatique menace notre planète entière », a indiqué un communiqué de presse de la Maison Blanche annonçant l’initiative. 

Les effets néfastes du climat sont «particulièrement dommageables pour les pays en développement, qui manquent des ressources et des capacités techniques nécessaires pour se préparer efficacement et ... s’adapter.

Science, information, outils

Aucune entité ne peut seule faire face aux «aux besoins gigantesques pour  améliorer les services Climat sans ces pays : que ce soit pour les élévations futures du niveau des mers... ou des cartes des populations, de l’infrastructure, et des données climatiques pour aider les décideurs à cibler les ressources.»


Le partenariat Services Climatiques pour un Développement Résilient – annoncé au United States Institute for Peace à Washington, DC – va tirer le meilleur parti des ressources des acteurs de la société civile et des institutions, s’appuyant sur «une collaboration entre les partenaires et les parties prenantes au niveau local afin d’assurer la propriété à long terme et la durabilité».

Il fournira des services Climat, notamment de l’expertise scientifique, des données, des informations, des outils et de la formation aux pays en développement qui oeuvrent à renforcer leur résilience. 


Il se lance avec plus de 34 millions de dollars de contributions financières et autres émanant du gouvernement américain et de la Croix Rouge Américaine, de la Asian Development Bank, de l’Esri (Environmental Systems Research Institute), de Google, de Inter-American Development Bank, de Skoll Global Threats Fund et du gouvernement britannique.

Des détails plus complets de la contribution de chaque partenaire figurent dans le communiqué de presse de la Maison Blanche annonçant ce partenariat.

‘Sauver des vies’

La participation du gouvernement américain est menée par l’USAID (l’Agence américaine pour le Développement International) et comprend la NASA (National Aeronautics and Space Administration), la National Oceanic and Atmospheric Administration, et le US Geological Survey; le Peace Corps soutiendra la mise en oeuvre dans certains lieux précis.

«Au coeur de ce partenariat, il y a les populations – sauver des vies et protéger des populations vulnérables», explique Alfonso Lenhardt, administrateur par intérim de l’USAID.

La Croix-Rouge Américaine va également travailler au travers de deux centres de références mondiaux: le Centre Global de Préparation aux Catastrophes, qu’elle héberge en son siège de Washington DC, et le Centre climatique de la Croix-Rouge et Croissant-Rouge, hébergé par la Croix-Rouge des Pays-Bas, à la Haye.  

La composante Croix-Rouge s’appuiera sur des travaux existants au sein de la FICR, par exemple, sur le Cadre Mondial pour les Services climatiques, le nouveau programme de Construction de la Résilience aux Extrêmes Climatiques et aux Catastrophes (BRACED), l’alliance des Partenaires pour la Résilience, le Partenariat Mondial pour la Résilience, et des programmes mettant désormais en oeuvre le concept innovant de financement basé sur la prévision. 
«Les volontaires de la Croix-Rouge sont aux avant-postes des risques croissants dans le monde », dit David Melzer, directeur juridique et chef de la direction internationale de la Croix-Rouge américaine, se félicitant du partenariat.


«Cette initiative nous aidera à être plus malins et plus efficaces dans l’action que nous menons depuis des années: renforcer la résilience et prendre des mesures précoces basées sur des alertes précoces.»


‘Un réel impact local’

Le directeur du Centre Climat, Maarten van Aalst, présent lors du lancement à Washington DC a déclaré: «C’est formidable de voir la Croix-Rouge Américaine occuper un rôle si important dans ce partenariat, qui offre de fantastiques possibilités de complémentarité entre les gouvernements, les principales agences scientifiques, le secteur privé et les banques de développement. 


«C’est clairement aussi la reconnaissance de la capacité unique de la Croix Rouge-Croissant Rouge de faire agir l’information climatique -- avec un réel impact local ».


«Pour le Centre Climat, cela a également été un privilège de soutenir la Croix Rouge Américaine dans cette voie, et nous sommes enthousiastes de nous engager dans ce partenariat, à travers du travail sur le financement basé sur la prévision, notamment.» 

Services Climatiques pour un Développement Résilient s’appuie sur les efforts du Président Obama pour “positionner les Etats-Unis comme le leader dans la lutte contre le changement climatique à l’échelle nationale et à l’étranger, a indiqué la Maison Blanche aujourd’hui. 

Le partenariat va rendre plus facile la mise en application de la technologie et de l’expertise scientifique comme partie intégrante du Plan d’Action Climat pour favoriser la résilience dans les pays en développement.


Ses efforts initiaux seront organisés pour les services climatiques dans des pays ciblés représentant plusieurs principales régions: l’Afrique de l’Est (Ethiopie), la région des Andes (Colombie), et l’Asie du Sud (Bangladesh).

L’année dernière, la FICR a annoncé sa propre Coalition d’un milliard pour la résilience – une initiative destinée à améliorer l’action communautaire et civique sur la résilience.

We welcome comments that advance the story through relevant opinion, anecdotes, links and data. If you see a comment that you believe is irrelevant or inappropriate, you can flag it to our editors by using the report abuse links. Views expressed in the comments do not represent those of Braced or its partners.

Video

Qu'est ce que la résilience?

A l'Evenement d'Apprentissage Annuel en Ouganda, nous avons posé une question aux participants: qu'est ce que la résilience?

Blogs

Les ONG remodèlent les services climatiques en Afrique. Doit-on ...

Une préoccupation concerne la viabilité à long terme de gains de développement durement acquis


Des étudiants kényans ouvrent la voie à un régime de « santé ...

Les enfants travaillent d'arrache-pied pour cultiver des aliments nutritifs dans le jardin de leur école, améliorant ainsi la santé de la communauté


La technologie au service des agriculteurs dans la prévision et la ...

Les petits exploitants peuvent apprendre à utiliser plus efficacement les intrants et les ressources environnementales pour devenir des agriculteurs intelligents face au climat


The new finance solutions building Africa's farmers' and herders' ...

New projects in Kenya show that we can test bold solutions to financing for farmers whose livelihood climate change puts at risk


Dernières photos

Tweets