Projet de renforcement de la résilience de pasteurs et agropasteurs par la sécurisation de la mobilité transfrontalière

  • Pays concernés: Sénégal, Niger, Mauritanie, Mali , Burkina Faso
Face à des ressources dispersées, imprévisibles et marquées des déséquilibres saisonniers et interannuels, la mobilité du bétail constitue une stratégie de base. De ce fait, la capacité d’accéder à des couloirs de passage permettant de circuler avec les troupeaux et de traverser des frontières, permet aux pasteurs et aux agropasteurs du Sahel de gérer les variabilités climatiques, de trouver des zones de repli en cas de sécheresse aigüe et d’avoir accès aux marchés. Toutefois, l’utilisation des pistes à bétail est de plus en plus handicapée par les défrichements agricoles, l’implication encore limitée des collectivités décentralisées, l’insuffisance des services de base et la fragilité des cadres institutionnels.


Le projet renforcera ainsi la résilience des pasteurs et agropasteurs (905,000 femmes, hommes, enfants) en sécurisant 1,700 km de pistes transfrontalières stratégiques, en fournissant des services de base (aliment bétail, santé animale), et en aidant les communautés et les parties prenantes à mener à l’aide d’outils adaptés du plaidoyer pour la mobilité transfrontalière du bétail à l’échelle locale, nationale et de Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Depuis début  janvier 2015, Acting For Life coordonne le Projet de renforcement de la résilience de 905 000 pasteurs et agropasteurs par la sécurisation de la mobilité transfrontalière du bétail, sa promotion et la prestation de services en Mauritanie, au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Ce projet d'une durée de 36 mois et d'un budget de 7 718 381 euros est cofinancé par le Department For International Development (DFID) à hauteur de 87%, l'Union Européenne à hauteur de 10% et Acting For Life à hauteur de 3%.

CONTEXTE

Les systèmes d’élevage au Sahel fonctionnent dans un état de déséquilibre constant. La mobilité demeure une stratégie essentielle pour optimiser l'utilisation de ressources éparpillées et imprévisibles. Suivant un cycle saisonnier, la pratique de la transhumance interne ou le long des couloirs de passage est largement répandue, afin d'atteindre des zones de pâturage de bonne qualité et de tirer profit des pluies généralement plus précoces dans le sud. Depuis les années 1970, l'impact des sécheresses s'est révélé être cumulatif et atteint plus sévèrement les ménages vulnérables : changement dans les modèles de propriété des animaux d’élevage, stratification sociale, extrême pauvreté. Cependant, les stratégies de mobilité pendant la sécheresse détermineront souvent la taille et la composition du troupeau résiduel et la vitesse de récupération de l’économie familiale. L'accès aux couloirs est également capital pour la commercialisation des animaux et leur acheminement sur de longues distances, vers les marchés ruraux et urbains. Les études post sécheresse ont démontré sans équivoque que la mobilité transfrontalière du bétail reste la clé de voûte permettant aux pasteurs et aux agropasteurs de faire face à la variabilité et aux extrêmes climatiques.

 

Au cours des 5 dernières années, avec un ensemble de partenaires locaux, bien ancrés dans le milieu, et grâce à des financements de l'UE et de l'AFD, AFL a mis en place une série d'interventions[i] pour sécuriser les mouvements transfrontaliers du bétail entre le Sahel et les pays côtiers pour la production et la mise en marché. BRACED offre ainsi la possibilité d'élargir la couverture géographique, d'intensifier la mise en œuvre d’interventions porteuses de changements (en s’appuyant notamment sur la décentralisation) et de valoriser les approches et les méthodes de travail qui ont fait leurs preuves.

 

BRACED

Le projet repose sur  trois résultats à atteindre pendant la mise en œuvre de 36 mois :

 

  • Des pistes pour la transhumance et la commercialisation du bétail sont cartographiées, sécurisées, aménagées (points d’eaux, aires de repos et de pâtures) et gérées de façon conjointe, inclusive et équitable entre les usagers et les acteurs institutionnels concernés (collectivités décentralisées, services de l’État). Pour ce résultat, l’accent sera mis sur les tronçons critiques identifiés le long des couloirs stratégiques permettant les mouvements transfrontaliers du bétail, particulièrement importants en période de crise.

 

  • Des services sont proposés aux éleveurs tels que l’approvisionnement en intrants pour le bétail (aliment bétail et santé animale de proximité incluant les infrastructures qui leur sont liées), et des recherches-actions sur de nouveaux services bien adaptés aux éleveurs mobiles (appui au déstockage stratégique en période de crise, système d’information aux transhumants et faisabilité de l’assurance-bétail contre les risques, dans le contexte sahélien),

 

  • Des outils de plaidoyer démontrant les apports économiques, sociaux et environnementaux de la mobilité du bétail en Afrique de l’Ouest sont élaborés, diffusés et traduits en itinéraires de plaidoyer au niveau local, national et sous-régional (CEDEAO).

 

Le projet est centré sur deux territoires transnationaux qui relient d’une part la Mauritanie, le Mali et le Sénégal et, d’autre part, le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Ces zones englobent de grands mouvements saisonniers des pasteurs et agropasteurs transhumants qui ont ainsi accès aux pâturages et aux marchés, ainsi qu’à des zones de repli en cas de sécheresses. Les pistes les plus stratégiques (en rouge) agissent comme un système circulatoire permettant aux éleveurs de circuler avec leurs troupeaux. Ce sont aussi des routes commerciales pour acheminer le bétail sur pied.

 

Fondé sur une alliance réunissant 15 organisations sur le terrain, le montage partenarial rassemble des expériences variées, ainsi qu’une connaissance intime de contextes locaux très variés à travers les cinq pays couverts. Les partenaires remplissent trois fonctions principales :

 

  1. a) Les partenaires locaux sont responsables des interventions du projet conduites dans leurs zones.

 

  1. b) Les partenaires d’appui fournissent un appui technique aux partenaires locaux, en particulier pour la conclusion des partenariats officiels avec les collectivités décentralisées. Ils regroupent la CISV pour RBM-Sénégal, la LVIA pour CRUS-Burkina et TASSAGHT-Mali, VSF-Belgique pour ICD-Mali, AREN et GAJEL (Niger), AFL pour RECOPA-Burkina, GNAP-Mauritanie et ACIDEF-Mali.

 

  1. c) Les partenaires transversaux travaillent avec tous les membres de l’alliance pour certaines activités. Ils regroupent RBM-AO, VSF-Belgique, ARED et le CIRAD.

 

La réalisation des trois résultats du projet permettre de renforcera la résilience des pasteurs et agropasteurs contre les évènements climatique sur une échelle au même temps micro et macro, sur le terrain et aussi sur le niveau d’élaboration des politiques régionale et internationale.  Les 30 dernières années ont été marquées par une diversification généralisée des exploitations familiales au Sahel, aboutissant à un large éventail de systèmes agropastoraux fondés sur un équilibre délicat entre les ressources et la main d’œuvre devant être réparties entre les productions animales et végétales. Les communautés agricoles se sont investies dans l’élevage, souvent dans le but de réduire leur vulnérabilité aux risques posés par la production agricole. De leur côté, en réaction aux sécheresses et l’insécurité foncière, les pasteurs se sont investis dans l’agriculture. Toutefois, la mobilité du bétail reste un élément central de tous ces systèmes, même les plus sédentaires d’entre eux. De ce fait, en sécurisant les pistes et en facilitant la mobilité, le projet bénéficiera à une vaste gamme d’exploitations familiales, indépendamment du dosage qu’elles effectuent entre l’agriculture et l’élevage.

Pour en savoir plus sur le projet AFL BRACED, n’hésitez pas à nous contacter :

 

Arnaud FRANCOIS

Coordinateur Afrique

afrancois@acting-for-life.org  

+33.1.49.34.83.13

 

Annabelle POWELL

Chargée de programmes

apowell@acting-for-life.org

+33.1.49.34.83.13

 

Organisation en charge

Partenaires du consortium

Newsletter

Dernières Infos BRACED

Un plan d’action sur mesure pour combattre le changement climatique

Au Mali, l’équipe de Waati Yelema Labenw a mené à terme une campagne de sensibilisation communautaire, première étape dans la conception d’une série de plans d’action pour le climat


S’attaquer aux causes des conflits agro-pastoraux au Tchad

Comment faire pour que ceux qui travaillent avec les agriculteurs et les éleveurs comprennent les causes de conflit à l’est du Tchad?